Version mobile

Impromptus

Des coups de cœur et des coups de sang dans des textes courts et improvisés, à l'image des fameux "Propos" d'Alain ; des réflexions souvent empreintes de colère sur des faits historiques, des comportements sociaux, des réactions politiques, des règles de conduite.

Il ne leur restera plus que leurs yeux pour pleurer. Aujourd’hui, ils font péniblement un ou deux enfants, tandis que leurs envahisseurs en produisent en moyenne une dizaine, tout heureux de bénéficier en ces occasions des avantages sociaux dont le nom même revêt présentement une résonnance comique et provocatrice. Dans une trentaine d’années tout au plus, ils seront donc minoritaires. Ils connaîtront alors toutes les douleurs du racisme authentique. Le racisme dont certains d’entre eux sont accusés n’est qu’une parodie de racisme.

« Le nationalisme, c’est la guerre ». Cette définition a été émise par notre Président quelques semaines avant de quitter ses fonctions.

Les grandes douleurs sont une taille qui permet à l’homme de ne point pourrir trop vite en son âme.

Ils sont nombreux, efficaces et unis, à travers le monde, ceux qui souhaitent ardemment que disparaissent à tout jamais les nations, que l’univers terrestre ne soit plus...

Quand on parle du Père Teilhard de Chardin, on retient essentiellement de lui qu’il a voulu concilier entre elles la science et la foi chrétienne.

Les hommes, on le sait, sont plus ou moins matérialistes, au sens vulgaire du terme, c’est-à-dire qu’ils ont une nature plus ou moins attirée par les biens...

Le Droit est la négation de la société primitive, corps homogène et spécifique.

Devant le temps qui fuit et la multiplicité de nos tendances et de nos désirs, nous pensons tous plus ou moins souvent : « Si j’avais plusieurs vies, j’emploierais...

Ce sont deux notions tellement antonymes qu’elles ne peuvent coexister qu’en se faisant la guerre.

Il était une fois un merveilleux pays où régnait dans ses moindres recoins une paix et une sérénité incroyables.

Nous l’avons échappé belle. Nous étions dans la plus complète panade. Notre pays était au bout du souffle. Plus rien ne fonctionnait correctement.

La grandeur d’âme ne saurait se passer d’une certaine sauvagerie, d’une certaine timidité et d’un certain mépris envers les manifestations de grandeur...

Il était une fois un pays où les cyclistes pouvaient impunément rouler sur les trottoirs, où les automobilistes pouvaient impunément stationner sur les passages...