Version mobile

Impromptus

Des coups de cœur et des coups de sang dans des textes courts et improvisés, à l'image des fameux "Propos" d'Alain ; des réflexions souvent empreintes de colère sur des faits historiques, des comportements sociaux, des réactions politiques, des règles de conduite.

Le 15 avril 1993, Monsieur José Balarello, sénateur, attirait l’attention du ministre français délégué à la Santé sur le slogan publicitaire « Cette sensation s’appelle coke » utilisé par la marque Coca-Cola. Il lui demandait ce que le gouvernement entendait faire pour tenter d’obtenir que cesse une telle publicité équivoque banalisant le nom d’un stupéfiant aux multiples ravages.

« On ne prend plus le pouvoir pour le pouvoir, mais pour gagner de l’argent. » (Claude Silberzahn, ex-patron de la DGSE, cité par Le Monde du 9 juin 1993).

Les emblèmes sont la mémoire des serments difficiles ; difficile d’être toujours patriote : le drapeau aidera à tenir le serment ; difficile de demeurer fidèle...

Prenez des personnages, des personnages gonflés de vie, de vérité, lourds de promesses.

La liberté c’est la possibilité de justifier ses actes comme on l’entend.

L’homme contemplait sa bibliothèque. Il caressait du regard le bois sombre et finement travaillé.

Il n’est pas nécessaire d’être éminemment cultivé pour savoir que la politique et l’art n’ont pratiquement jamais, à travers les âges,...

Nous nous acheminons à grands pas vers la civilisation de la boîte. Notre monde futur ne sera plus qu’une immense boîte.

À l’intérieur d’une même nation, la pauvreté dans l’anarchie fait la misère, la pauvreté dans la discipline fait l’esprit de...

Il y a moins de différence qu’on ne pense entre un chef d’État, un épicier, un industriel, un président d’une société anonyme, un...

Il est des hommes pour qui n’existe ni patrie, ni amour, ni valeur d’aucune sorte.

Nous nous ennuyons de plus en plus. Nous allons de plus en plus vite.

Peut-on écrire pour la postérité, c’est-à-dire peut-on écrire en pensant, ni au lecteur d’aujourd’hui, ni à celui de demain, mais à...