Version mobile

Impromptus

Des coups de cœur et des coups de sang dans des textes courts et improvisés, à l'image des fameux "Propos" d'Alain ; des réflexions souvent empreintes de colère sur des faits historiques, des comportements sociaux, des réactions politiques, des règles de conduite.

Nous l’avons échappé belle. Nous étions dans la plus complète panade. Notre pays était au bout du souffle. Plus rien ne fonctionnait correctement. En pleine campagne électorale, nos candidats à la présidence, à une ou deux exceptions près, montraient très ostensiblement toute leur bêtise vaniteuse et leur idiotie à qui mieux-mieux. Notre peuple, complètement désorienté, ne savait plus à quel saint se vouer.

La grandeur d’âme ne saurait se passer d’une certaine sauvagerie, d’une certaine timidité et d’un certain mépris envers les manifestations de grandeur...

Il était une fois un pays où les cyclistes pouvaient impunément rouler sur les trottoirs, où les automobilistes pouvaient impunément stationner sur les passages...

Il n’y a pas, dans l’histoire militaire de l’Europe, de victoire plus célèbre que celle que remporta Charles Martel sur les Sarrasins, sur les bords de la Loire, en...

La médecine recule l’âge de la mort en ce siècle qui n’aime pas les vieux.

Si demain l’humanité apprenait qu’un vaccin a été découvert qui permettrait de l’immuniser contre la mort naturelle, les hommes se terreraient dans la...

Le cinquantième anniversaire de la déclaration de la guerre de 1914 s’est entouré d’une floraison d’articles et de discours célébrant les...

Le christianisme a cru supprimer l’esclavage antique. Le libéralisme a cru supprimer l’esclavage féodal. Le marxisme a cru supprimer l’esclavage capitaliste.

Ce que l’on reproche à Machiavel, c’est d’avoir dit tout haut ce que tout le monde a toujours pensé tout bas.

Toute société doit nécessairement choisir plus ou moins entre une civilisation privilégiant la pensée et les arts et une civilisation du confort et du...

Tout a été dit sur l’homme, certainement ; mais cela par petits morceaux particulièrement mis en lumière et ainsi déformés, caricaturés ; et...

L’orgueil est le refus de l’adaptation. Il a souvent défait des empires et n’en a jamais construits.

Le penseur est condamné à errer sans cesse sur l’océan des inquiétudes et des angoisses spirituelles.